CSAF

Espace réservé aux auteurs de fanfictions...;)
 
AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 le dernier espoir ( terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
matrix1998
Auteur
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 14/08/2005

MessageSujet: le dernier espoir ( terminée)   Ven 30 Juin à 13:33

Résume :
Après un cas difficile pour Mac car il s’agissait d’un quartier maître qui avait déclaré sa flamme à son commandant. Harm était chargé de l’accusation. Mac, son adversaire dans cette affaire, avait prise cette affaire à cœur. Prenant pour elle, les éléments de l’accusation de Harm, déstabilisant son client et elle avec. Au cours du verdict rendant coupable sa cliente, elle surprit un regard noir de l’amiral et une incompréhension de Harm. Ce dernier s’excusant presque d’avoir gagné, ayant fait son boulot, pour gagner.

***********************************************************

Chap. 1 : La morale

Fin novembre
Bureau du JAG

L’Amiral Chegwidden ouvrit brusquement la porte du bureau de Mac, qui sursauta. L’amiral lui ordonnant de le suivre immédiatement.

En allant dans le bureau de son supérieur elle jeta un regard vers Harm et Bud en train de parler de AJ Jr et de Jimmy.

Mac put voir le regard de Harm s’assombrir au passage de l’amiral. Ce dernier demandant à Jen de n’être dérangé sous aucun prétexte, elle rentra à la suite de l’amiral, se mettant au garde à vous.

AJ : vous pourriez m'expliquer ce qui s'est passé hier matin en donnant un coup de poing sur le bureau.

Mac ne répondit pas

AJ : Colonel je vous ordonne de répondre sur le champ.
Mac : Je ne comprends pas monsieur
AJ : J’ai assisté à votre plaidoirie, elle me semble plus correspondre à votre vie qu’a celle du quartier maitre Jones.
Mac : Je ne crois pas Monsieur.
AJ : COMMENT
Mac : En effet, Monsieur la vie du quartier maître ne ressemble en rien à la mienne, nous n’avons pas vécues les mêmes choses, elle n’a pas vécue ce que j’ai subit.

L’amiral l’a regarda et se calme.

AJ : Mac, vous avez eu beaucoup d’obstacles mais regardez où vous êtes aujourd’hui, vous vous en êtes sorti grâce à votre volonté et aussi avec l’aide de vos amis.

Mac le regarda étonnée mais avec les larmes aux yeux car elle se rendit compte que les propos de Harm pour l’accusation, elle les avait prises pour elle.

Elle lui répondit d’une voix tremblante

M : Cela ne se reproduira plus monsieur. Je vous le promets.
AJ : J’y compte bien. De toute manière je vous lève de vos fonctions.
M : Monsieur
AJ : Vous êtes levée de votre fonction deux semaines. Prenez l’air je ne sais quoi mais remettez vous les idées en place.
M : D’accord Monsieur
AJ : Rompez.

Elle salua et sorti du bureau pour rejoindre Harriet qui la suivi pour la remise des dossiers en cours. Mac ne vit pas Harm la regarder tristement, pendant qu’elle quittait le bureau, les larmes aux yeux.

Harm regardant Mac partir et ne vit pas Sturgis s’approcher de lui.

S : Que s’est-il passer hier matin au tribunal ?
H : Mac défendait un quartier maître qui avait déclaré son amour à son commandant et celui-ci la fait comparaître en cour martiale.
S : Tiens donc ça me rappelle vaguement quelque chose.
H : Arrête tes bêtises, tu sais que Mac est ma meilleure amie !
S : Comme si j’allais te croire !

Harm allait répondre quand il vit l’amiral, préférant s’abstenir de tout commentaire.

Après avoir hésité longuement, il se dirigea vers le bureau de l’amiral pour essayer d’en parler.

H : Monsieur, pour l’affaire Jones et Mac
AJ : Je m’attendais à vous voir. Asseyez vous
H : Que se passe t’il monsieur avec le colonel ?
AJ : C’est vous qui demandez ça ?
H : Je sais déjà qu’elle ne m’adresse plus la parole !
AJ : J’ai cru le remarquer !
H : Monsieur j’ai mal choisi mon argumentation, et je ne pensais pas qu’elle le prendrait pour elle. J’ai fait ce que j’avais à faire pour l’accusation. Même si….
AJ : Même si quoi ?
H : Rien Monsieur
AJ : Capitaine
H : Monsieur. Je lui présenterais des excuses, Monsieur. Dès demain
AJ : Pas possible, elle est levée de ses fonctions.
H : Mais….
AJ : Harm vous savez que je ne veux pas me mêler de la vie privée de mes subordonnés. Mais quand celle-ci se mélange au travail, je ne peux pas faire autrement. C’est pour cela que le colonel est levée de ses fonctions pendant deux semaines, vous vous êtes en congés en espérant que vous arriverez à régler ce problème.

AJ : Vous savez Capitaine, que dans l’hypothèse où cela s’arrange très bien entre vous deux, je peux m’arranger pour vous garder tous les deux dans mon service.
H : Merci, monsieur.

Harm prit congé de l’amiral, rejoignant Sturgis pour lui expliquer qu’il allait devoir reprendre ses dossiers, pendant ses deux semaines de congés.

S : C’est à propos de ta mère ? Rien de grave ?
H : Non ce n’est pas elle.

Sturgis commença à comprendre de qui il s’agissait mais n’ajouta rien.

Chap. 2 : Le départ de Mac

Appartement de Mac
Quelques heures plus tard

Mac était au téléphone avec Chloé.

M : Salut Chloé, comment vas-tu ?
C : Ca va bien, mais tu me téléphones du travail.

Mac mentit

M : Non, j’ai deux semaines de congés et je pensais que je pourrais venir te voir car tu me manques.
C : Bien sur que je veux te voir, au fait comment va Harm ?
M : Bien du moins je le suppose, c’est assez houleux entre nous, on ne s’adresse plus trop la parole hormis au travail.
C : Mac. Pourquoi. Qu’est ce qui se passe ?
M : Je ne veux pas en parler maintenant. Et ne me parle pas de Harm, cela pourrait me gâcher mes vacances !
C : Mais c’est ton meilleur ami tu peux pas dire ça.
M : Chloé, s’il te plaît arrête ! Je prends l’avion en fin d’après midi. Je t’embrasse ma puce.
C : Mac, ne m’appelle pas comme ça.
M : Ok Chloé, bisous.
C : A ce soir alors, bisous à toi aussi.

Appartement d’Harm

Harm s’était assis sur son sofa, jouant de la guitare en se remémorant ce qui était arrivé depuis la veille, se rappelant les bons et moins bons moments passés ensemble. Partages qui le font réaliser qu’il l’aime. Elle était toujours à ses côtés quand ça n’allait pas et vice versa.

Après plusieurs minutes passées, à jouer, il reposa sa guitare et saisit son téléphone.


?? : Allo ?
H : Allo Chloé, c’est Harm. Comment vas-tu ?
C : Très bien, mais que me vaut ton appel ? Le disant d’un ton froid.
H : Je voulais savoir comment tu allais. Et si tu avais des nouvelles de Mac, elle et moi nous avons des difficultés pour communiquer ces derniers jours.
C : Je sais juste qu’elle ne t’adresse plus la parole, elle va bien apparemment. Elle m’a téléphonée pour me dire qu’elle venait passer quelques jours à la maison. Je ne sais pas ce qu’il se passe, mais apparemment elle t’en veut.
H : Je suis responsable de ça, j’ai fait quelque chose que je n’aurais pas du faire ! Je n’aurais pas du faire cette bêtise et je voudrais m’en excuser auprès d’elle. Et ainsi peut-être faire avancer les choses entre nous.
C : Alors ! Ainsi tu te décides à faire quelque chose, enfin. En tout cas j’espère pour vous deux qu’il n’est pas trop tard
H : Je l’espère aussi.
C : Si tu venais d’ici trois, quatre jours, le temps qu’elle reprenne ses esprits et qu’elle se calme.
H : D’accord et encore merci Chloé.
C : De rien Harm. Bisous à Bientôt.
H : A bientôt.

Mac prit son avion à 18h00, elle ne vit pas la grande silhouette qui l’a suivait du regard.

Harm était passé à l’aéroport pour prendre son billet d’avion. Il quitta l’aéroport une fois que l’avion disparut de sa vue, pour retourner à son appartement.
Sur son répondeur l’attendait deux messages : les deux de Mac

Dans le premier elle lui disait qu’elle regrettait son comportement des derniers jours.

H : Tu n’as rien à te faire pardonner

Dans le second, elle lui annonçait qu’elle partait chez Chloé, et que si c’était nécessaire. Il pourrait la joindre là-bas.

Harm alla s’allonger sur son lit se remémorant tous les moments qu’il avait vécu avec Mac.

Quand Mac arriva, Chloé voulut l’embrasser, mais elle stoppa vite son geste car Mac ne réagissait pas. Chloé se recula et vit que les yeux de Mac étaient rougis. Chloé intérieurement en voulait à Harm, se demandant ce que Harm avait pu lui faire pour la mettre dans un tel état. Elle lui demanda une explication. Mac lui répondit que tout allait bien mais qu’elle était juste fatiguée.

Les quelques jours sans voir Harm firent du bien à Mac

Harm, pendant ce temps, tournait en rond chez lui en s’imaginant plein de scénarios.

Au bout de trois jours, Chloé téléphona à Harm pour lui demander à quelle heure il arrivait et s’il fallait qu’elles viennent le chercher mais Harm refusa son offre. Lui disant qu’il voulait faire une surprise a Mac.

Dans l’avion venant de décoller, Harm, bien que décidé à se reposer pour que le voyage passe plus vite, ne trouva pas le sommeil. Il jouait avec la petite boite qu’il tenait entre ses mains en se demandant s’il ne faisait pas une bêtise en voulant aller trop vite d’un coup.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matrix1998
Auteur
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 14/08/2005

MessageSujet: Re: le dernier espoir ( terminée)   Ven 30 Juin à 13:33

Chap 3 : Les explications

Chloé et Mac lisaient tranquillement quand la sonnette se fit entendre. Chloé se précipita pour ouvrir la porte et quand elle aperçu Harm, elle lui fit un clin d’œil. Tout en appelant Mac pour lui dire que c’était pour elle, Mac étonnée de son comportement arriva et elle se retrouva nez à nez avec Harm qui avait un sourire crispé. Mac se tournant vers Chloé, lui dit.

M : C’est toi qu’il l’a fait venir ?
C : non, je te le jure.
M : Je te crois.

Se retournant de nouveau vers Harm qui n’avait pas bougé d’un millimètre.

M : Que faites-vous là ?
H : Je suis en congés alors je me suis dis que je pouvais venir dire un petit bonjour à Chloé. Ainsi que vous offrir ceci pour me faire pardonner. Sortant de son dos un énorme bouquet de roses rouges.
M : Rentrez Harm. Et merci pour les fleurs mais pourquoi ce geste ?
H : Je vois que vous avez la mémoire courte Mac.
M : Si vous parlez de ce qui s’est passé la semaine dernière, je préfère oublier.
H : Je ne parle pas uniquement de la semaine dernière mais de ces 3 dernières années.
M : Comment ça ?

A ce moment là Chloé comprit qu’il était temps pour elle de s’éclipser doucement.

H : Mac, je dois vous avouer quelque chose que je ne peux plus garder pour moi car sinon je crois que je vais en mourir.

Mac commençait à s’inquiéter de ce qu’Harm allait lui dire, avec un mouvement de tête elle l’encouragea de continuer tout en se dirigeant vers le canapé du salon. Voyant qu’Harm restait debout et qu’il hésitait à continuer, elle se leva du canapé et le fit s’asseoir à la place qu’elle occupait quelques secondes avant. Elle lui tenait toujours la main pour lui faire comprendre qu’il pouvait parler sans crainte.

H : Mac, ça fait 9 ans que l’on se connaît. Vous avez toujours été présente quand j’ai eu des problèmes. Pour la découverte de la mort de mon père, la rencontre avec Serguei, mes différents crashs et les meurtres de Diane et Jordan, alors je voulais simplement vous dire que….

Harm ne savait pas s’il devait continuer ou pas en voyant Mac au bord des larmes.

M : Allez Harm, jetez-vous à l’eau !
H : Quoi ?
M : Oh pardon Harm, ce n’est pas ce que je voulais dire, mais continuez ! Vous verrez ça soulage de parler.

Harm regarda à nouveau Mac dans les yeux et approcha son visage du sien, puis prenant son courage à deux mains et l’embrassa timidement. Mac répondit à son baiser et l’approfondit, après une bonne minute à s’embrasser, ils se séparèrent et Mac plongea son regard dans les yeux bleu azur.

M : Pourquoi ce baiser ?
H : Voilà, c’est parce que je t’aime et je voulais t’offrir ça.

Harm lui tendit une petite boite, que Mac regarda avec appréhension avant de l’ouvrir.

H : Ouvre là, n’ait pas peur.

Mac ouvrit la boîte, avec les mains tremblantes et resta bouche bée devant son contenu. Les larmes commençant à couler.
Chloé rentra dans le salon pour voir comment se dérouler la discussion entre Harm et Mac, mais quand Chloé vit cette dernière pleurait. Elle tint à dire ces quatre vérités à Harm.

C : Harm, je te considérais comme un grand frère et je croyais que tu aimais Mac.
H : Attend Chloé tu ne comprends pas.
C : Ce que je comprends en tout cas, c’est que tu fais pleurer Mac.

Mac tenta d’intervenir.

C : Non Mac ! Ne dit rien et laisse moi finir. Harm ! Mac a annulé son mariage quand tu t’es crashé car elle t’aime et non Brumby. Je veux que tu sortes de chez moi et que tu ne reviennes plus jamais, je ne veux plus jamais te voir.

Chloé sortit du salon et se précipita dans sa chambre en pleurs, Harm et Mac restèrent surpris par cette réaction.

H : Ben ça alors, je m’attendais à tout sauf à ça !!
M : Je t’aime Harm, avant d’embrasser harm, que veux tu Chloé a bien grandie, allons lui parler.

Harm se leva et embrassa furtivement Mac. Main dans la main, ils se dirigèrent vers la chambre de Chloé. Harm toqua et attendit la réponse de Chloé.

C : Entre Mac.

Harm passa la tête à travers l’entrebâillement de la porte.

H : Je peux rentrer ?
C : Non, je veux plus te voir.

Elle accompagna sa phrase d’un regard noir. Mac rentra dans la pièce pour pouvoir lui parler, Mac avait le sourire aux lèvres.

C : Pourquoi souris tu Mac ?
M : Nous devons parler Chloé.
C : De quoi ! Soudain elle vit leurs mains entrelacées.
C : Ok, je crois que j’ai compris, vous êtes ensemble c’est ça ?
H : Oui, je me suis enfin décidé.

Chloé se leva et repensa à ce qu’elle avait dit à Harm quelques minutes plutôt.

C : Harm, excuse moi pour tout à l’heure mais en voyant Mac qui pleurait j’ai cru que tu lui avait fait de la peine.
H : Et non pas cette fois ci.
C : Mais alors pourquoi tu pleurais ?

Mac lui tendit la boite qu’elle serrait dans la main, Chloé fut surprise.

C : Quoi tu la demandes en mariage ?
H : Non Chloé pas pour l’instant. Il avait répondu en regardant amoureusement Mac.
C : Alors c’est quoi cette boite.
M : Regarde et nous t’expliquerons.

Chloé ouvrit la boite et vit les ailes d’Harm et les regarda étonné.

C : Je ne comprends pas.
H : Allons dans le salon.

Ils allèrent dans le salon, Chloé s’assit dans le fauteuil en face du canapé où s’installèrent Harm et Mac. Ils lui donnèrent les explications et Chloé les écouta attentivement et quand ils finirent leur récit. Chloé se jeta sur eux pour un câlin.

C : C’est une belle histoire, vous pourrez un jour la raconter à vos enfants.

Cette dernière remarque les firent sourire, soudain on entendit le ventre de Mac se manifestait se qui fit rigoler Harm et rougir Mac.

H : Allez les filles je vous offre le restaurant car certaine personne ont faim.

Ils allèrent se changer et au bout de 30 minutes Harm arriva dans le salon, vite rejoint par Chloé.

H : Mais que fait Mac ?
C : Elle se fait belle pour toi.

A ce moment là ils entendirent Mac descendre les escaliers. Harm resta bouche bée en la voyant, elle portait une robe bleu nuit avec son dos nu et qui montrait admirablement ses formes.

M : On ferme la bouche matelot.
H : Mac, tu es…. Magnifique.
M : Eh bien, monsieur l’avocat aurait il perdu la parole ?
C : J’ai faim. On va manger ? Ou vous continuez à discuter toute la soirée sans vous quitter des yeux ?

Harm et Mac se sentirent pris en faute

H : Et c’est parti, allons manger mesdames.

Arrivés au restaurant, le maître d’hôtel leur offrit une table et leur proposa un apéritif.

Harm sachant que Mac ne buvait pas refusa poliment, décidant de passer directement au repas. Chloé n’arrêtait pas de les questionner. La soirée continua sur l’évocation de souvenirs bons et moins bons, mais tout cela ne gâchant pas la bonne ambiance générale. Harm et Mac, flirtant sous les yeux de Chloé, qui se sentait de temps en temps un peu esseulée, mais elle était ravie pour eux. Au moins, elle était convaincue de leur amour de les voir s’embrasser de temps en temps devant elle. Chez elle, elle leur souhaita bonne nuit et alla se coucher.

Chambre de Mac.

H : Je te trouve toujours aussi belle.
M : Je me suis rendu compte que tu savais être romantique.
H : Mais tu n’as encore rien vu. Il l’enlaça.
M : Il faudra en parler à l’amiral pour savoir comment il va faire pour nous.
H : Ne t’inquiète pas, et puis je n’ai pas peur de ce qu’il pourra dire. Tu en as la preuve ?
M : C’est vrai, mais la marine c’est tout pour toi. Je ne veux pas que tu démissionnes pour moi.
H : Je ne voudrais pas que tu le fasses non plus pour moi. L’amiral a pu faire quelque chose pour Bud et Harriet alors il fera quelque chose pour nous. Je t’aime.

Il l’embrassa et la colla un peu plus à lui.

M : Tu as raison. Allons donc nous coucher. Elle avait dit ça avec un air taquin.

La semaine se finit très vite pour nos deux tourtereaux, ils avaient discutés de tout, de leur passé mais aussi de leur futur et comment ils le voyaient

Le retour à Washington se fit normalement et personne ne remarqua le rapprochement des 2 avocats.


Chap. 4 : l’annonce

3 mois et demi plus tard au mois de février

L’amiral arriva et Tiner lui signala qu’Harm et Mac voulaient le voir

Il se dit que peut-être les choses étaient réglées, cela faisait longtemps qu’ils ne les entendaient plus se disputer pour un rien.

En entrant dans son bureau il les vit au garde à vous et il se demanda soudainement ce qu’ils lui voulaient.

AJ : Repos, Colonel, Capitaine, que puis-je pour vous ?
H : Monsieur, nous voudrions vous dire que… Harm ne savait pas comment lui dire.
AJ : Quoi, vous voulez me dire que vous avez enfin mis les choses à plat entre vous et que vous êtes maintenant ensemble.
Harm fut surpris de la perspicacité de l’amiral : C’est exact monsieur, mais je voulais demander autre chose aussi ?
AJ : Allez y capitaine.

Harm se leva et se retourna vers Mac posa un genou par terre, Mac se demandant ce qu’il était en train de faire, l’amiral se leva et se plaça devant son bureau, le sourire aux lèvres devinant les intentions du capitaine.

H : Mac, regarde moi s’il te plaît.

Elle reporta son attention sur lui, elle put voir dans ses yeux tout son amour pour elle.

H : Voilà, Mac je t’aime et tu es la seule à m’avoir permis de sortir de la carapace que je m’étais construit depuis la mort de mon père, je te le demande à genoux, veux tu m’épouser ?

Mac le regardait sans rien dire, après quelques instants Harm commença à blêmir en se demandant s’il n’avait pas brûlé les étapes. AJ voyant l’état dans lequel était Harm se décida à intervenir.

AJ : Mac, Sarah !! Voyant qu’elle ne réagissait toujours pas il insista.
AJ : COLONEL ! Je crois que le capitaine attend votre réponse.
M sortant de son état de béatitude : Oui je le veux.

Elle se jeta dans les bras de Harm les larmes aux yeux et l’embrassa, puis se souvenant où ils étaient elle se recula. Ils continuèrent à discuter quelques minutes avec l’amiral, qui fini leur entretien par :

AJ : Je suis heureux pour vous et si nous allions l’annoncer aux autres ?
H : Avec plaisir amiral.

Ils sortirent du bureau et AJ demanda à Tiner de réunir tout le monde sur le plateau, quelques minutes plus tard tout le personnel était présent.

AJ : Voilà, je vais vous annoncer une très bonne nouvelle.

Il maintint le suspense quelques secondes.

Mais Harriet avait regardé vers Harm et Mac, et avait vu leurs mains enlacées, un grand sourire apparu alors sur son visage à l’annonce de la nouvelle.

AJ : Le colonel Mackenzie et le capitaine Rabb vont devoir s’absenter pour 15 jours après le 23 juin.
B qui n’avait pas vu les mains de ses amis : Ah bon et pourquoi, monsieur ?
AJ : J’ai l’honneur de vous annoncer le mariage du capitaine et du colonel.

Harriet ne pu tenir quelques secondes de plus et se précipita pour féliciter le parrain et la marraine de son fils aîné, tout le reste du staff les félicitèrent aussi, puis les l’amiral les renvoya au travail.

B : Monsieur, Madame, je suis heureux pour vous mais je me demande comment vous allez pour travailler ensemble ?

L’amiral décida d’intervenir en leur faveur.

AJ : Ne vous inquiétez pas de ça lieutenant ! J’ai trouvé une solution.
Harm fut surpris de la rapidité de l’amiral : Ah bon et laquelle, monsieur ?
AJ : Le colonel sera désormais affectée comme juge.
Mac étonnée remercia l’amiral : Merci Monsieur, donc je ne travaillerais plus pour vous.
AJ : Si je me suis arrangé avec l’amiral Norris pour que vous restiez parmi nous car je suppose capitaine que vous préférez affronter le colonel en tant qu’avocat et non comme juge.
Harm répondit en rigolant : C’est sûr monsieur, et encore merci pour tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
matrix1998
Auteur
avatar

Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 14/08/2005

MessageSujet: Re: le dernier espoir ( terminée)   Ven 30 Juin à 13:34

Chap. 5 : la nouvelle

JAG
2 mois plus tard : le 10 avril

M : Monsieur, pourrais-je avoir mon après midi car je ne me sens pas très bien.
AJ : Je vous l’accorde. Vous me semblez pâle, je vous conseille d’aller voir un médecin.
M : Oui Monsieur, c’est ce qui est prévu. Merci.

Mac en sortant du bureau de l’amiral se dirigea vers celui de Harm pour le prévenir que cet après midi elle serait absente.

M : Harm, je viens te dire que j’ai pris mon après midi. Je suis encore malade, je pense que je vais aller voir le médecin.
H : inquiet dans la voix, tu veux que je t’accompagne ?
M :Non c’est bon tu me retrouveras ce soir à la maison. Je t’aime
H : Moi aussi, repose toi bien d’accord.

Le soir même

Harm avait préparé un des plats préférés de Mac, les lasagnes végétariennes spéciales Harm. Il profita que Mac n’était pas encore rentrée pour finir le rangement de leur nouvelle maison, après une heure de rangement il s’installa confortablement sur le canapé pour regarder les infos

Quand il entendit la porte d’entrée s’ouvrir, il se leva pour rejoindre Mac qui rentrer, il remarqua immédiatement les yeux rougis de sa compagne.

Harm s’inquiéta : Que t’arrive-t-il ? Tu as pleuré. Raconte moi ?
M : Ca va aller ne t’en fais pas, oui j’ai pleuré, en fait j’ai quelque chose à t’annoncer.

Ils se dirigèrent vers le canapé, Harm prit Mac dans ses bras pour lui montrer qu’il était là et pour lui donner du courage.

M : Harm je suis ….
H : Tu es quoi ? Il se demandait de plus en plus ce qui l’avait mis dans cet état.
Mac souffla un bon coup et dit d’un coup : je suis enceinte.
H : Mais c’est génial et tu sais depuis combien de temps ?
M : Oui, te souviens tu de notre soirée de Saint Valentin. Rougissant légèrement a ce souvenir.
H : Bien sur que je m’en souviens. Il resserra son étreinte et prit la main de Mac dans la sienne et la déposa délicatement sur le ventre de Mac.
H : Tu fais de moi l’homme le plus heureux du monde, Mac. Je t’aime.
M : Moi aussi je t’aime.

Ils discutèrent encore quelques heures sur la prochaine venue du bébé et ils décidèrent de mettre leurs amis au courant, le plus tôt possible. Quand leurs amis furent mis au courant ils furent heureux pour eux.

Chap. 6 : le mariage

Le 23 juin
Jour de mariage

Harm était debout devant l’autel. Il attendait l’arrivée de Mac accompagnée à l’autel par l’amiral.

Le mariage se passa très bien et la soirée qui suivie se déroula tout simplement avec les amis proches soit Tiner, Jen, Gunny et sa compagne, AJ accompagné de Meredith, Trish et Frank Burnett, les Roberts et leurs enfants, Mattie et Chloé. Le petit AJ s’approcha de Mac et Harm qui dansaient un slow et demanda à être pris dans leurs bras, Harm le prit et AJ demanda :

P.AJ : Marraine c’est tonton Harm qui a fait ça ? En montrant le ventre arrondi de Mac.

Mac et Harm rigolèrent et Mac lui répondit

M : Oui mon bonhomme c’est tonton Harm qui m’a fait un bébé.
P.AJ : C’est un garçon ou une fille ?
H : On ne sait pas encore, pourquoi cette question AJ ?
P.AJ : Ben si c’est un garçon on pourra jouer ensemble aux voitures. Et si c’est une fille, je la protégerais comme ma petite sœur.
Harm fut ému de la déclaration de son filleul : C’est vrai AJ.
P.AJ : Oui tonton car je vous aime très fort.
Mac et Harm : nous aussi on t’aime.

Ils l’embrassèrent et Harm le reposa par terre et ils continuèrent la fête.


Chap. 7 : la naissance

Mi-octobre

Harm avait eu 2 semaines de congés donnés par l’amiral pour rester auprès de Mac qui allait bientôt accoucher. Au moment de se mettre au lit les premières contractions arrivèrent.

M : Harm je vais accoucher.
Harm commença à bouger dans tous les sens : Ok calmons nous et allons à la voiture.

Mac sourit à la réaction d’Harm, au moment de monter dans la voiture Mac eut une contraction et Harm se dépêcha d’aider Mac à monter dans la voiture et démarra vite. Ils arrivèrent à l’hôpital de Bethesda.

M : Harm, il faut prévenir tout le monde.
H : Pas question, pour l’instant je reste avec toi.
Doc après avoir examine Mac : Mr Rabb, vous pouvez y aller, le bébé n’arrivera pas tout de suite.

Sur les paroles rassurantes du docteur, Harm alla passer des coups de fils à sa famille et à ses amis.

Quelques heures plus tard

Harm sorti de la salle d’accouchement avec un énorme sourire a la Flyboy, les Roberts le virent en premier ils se levèrent et allèrent à sa rencontre, en lui posant plein de questions.

C : Alors !!
H : Comment va votre fils ?
H : En réalité j’ai eu 2 fils.
M : Quoi ?
B : Monsieur vous êtes sur de ce que vous dites.
H : Venez voir par vous-même.

Ils le suivirent jusqu’à la chambre de Mac qui tenait les garçons contre elle.

H : Alors comment vont mes amours ?
M : Ils vont très bien.
B : Alors c’est vrai, monsieur.
M : qu’est ce qui est vrai Bud ?
B : Harm nous a dit que vous aviez eu des jumeaux et on ne l’a pas cru.
H pris un des bébé des bras de Mac : Alors, je vous présente Matthew.
M : Et moi je vous présente Thomas.
B : Madame, Monsieur pourquoi Thomas et Matthew ?
H : Matt c’est pour l’oncle de Mac et Tom c’est pour l’amiral Thomas Boone.
C : Je peux en prendre un Harm ?
H : Bien sur. Il lui tendit le bébé. Tiens lui bien la tête surtout.
C : Tu joues déjà au papa poule.

Tout le monde éclata de rire et Harm rougit légèrement.

C : Alors je tiens qui là ?
H : Tu tiens Tom.
C : Mais comment tu le sait ?
M : Regarde son bras droit il a une petite tâche de naissance.
AJ : Bon, on va vous laisser en famille.

Tout le monde quitta la chambre accompagné de Harm après avoir féliciter Mac.

AJ se retourna vers Harm : Prenez bien soin d’eux Harm.
H : Ne vous inquiétez pas pour ça, monsieur ?
AJ : Je vous laisse encore 2 semaines de congés pour que vous puissiez aider Mac.
H : Merci monsieur.

Il retourna vers la chambre et trouva Mac endormie ainsi que les jumeaux. Harm s’assit auprès de Mac et lui pris la main pour lui montrer qu’il était là. Quelques minutes plus tard Mac ouvrit les yeux et vit Harm qui la regardait.

H : Je t’ai réveillée ?
M : Non, je me reposais un peu.
H : Tu sais que tu as fait de moi l’homme le plus heureux du monde, ma chérie je t’aime.
M : Je t’aime aussi. Mais, il faudra téléphoner au magasin pour faire une deuxième chambre.
H : Repose toi, je m’occupe de tout.

Il l’embrassa et sortit pour téléphoner au magasin et les prévenir qu’il fallait tout préparer pour une deuxième chambre.

4 jours plus tard

Dans la chambre d’hôpital.

M : Harm qui seront les parrains et marraines des garçons ?
H : Je pense que pour Tom on pourrait prendre l’Amiral et Chloé.
M : Et pour Matt Bud et Harriet.
H : Je suis d’accord.
M : J’espère que Mattie ne vas pas être déçu.
H : Pourquoi ?
M : Elle ne sera pas marraine.
H : Elle sera peut être déçue au début, mais ça ne l’empêchera pas de les aimer et de les couvrir de cadeaux.
M : Tu as raison.
H : Et oui encore une fois.
M : Attention à ce que tu dis matelot.
H se mettant au garde à vous : Bien colonel !!
M : Arrête de faire l’idiot et prépare les garçons, je ne supporte plus cet hôpital.

Harm habilla ses fils et ils sortirent de l’hôpital et s’en allèrent vers leur maison. Chloé et Mattie sortirent en courant de la maison, Harm détacha les garçons et leur tendit.

H en voyant Mac se détacher : Mac, tu restes dans la voiture !
M : Je peux savoir pourquoi ?
H : Ne t’inquiète pas.

Harm glissa à l’oreille de Mattie : Est-ce que tout est prêt ?
Ma : Oui tout est prêt, on attend plus que vous.
H : Ok à tout à l’heure.

Harm se retourne vers Mac et lui dépose un bandeau sur les yeux.

M : Qu’est que tu fais ?
H : Tu verras bien, ma chérie.

Il démarra la voiture et tourna un peu dans Washington avant de revenir vers leur maison.

H : Allez viens.

Il l’attrapa par le bras et la guida a l’intérieur de la maison, il lui enleva le bandeau et là elle vit leurs amis du JAG.

H : Nous avons une bonne nouvelle à vous annoncer.
AJ : Quoi ! Ne me dites pas que vous êtes encore enceinte.

Harm et Mac se regardèrent et éclatèrent de rire ainsi que toute l’assemblée.

H : Non, monsieur.
AJ : Ouf, j’ai eu peur.
M : Amiral, Bud, Harriet, Chloé nous voulions vous demander, si vous accepteriez d’être les parrains et marraines des enfants.
AJ-B-Ha : Bien sûr que nous acceptons.
C : C’est génial.
B : Monsieur. Pouvons-nous savoir de quel garçon je serais l’heureux parrain ?
H : Bien sûr vous et Harriet de Matt et l’Amiral et Chloé de Tom.

Harm avait vu le visage de Mattie se décomposer et commençait à avoir les larmes aux yeux. Au moment où elle allait sortir du salon, Harm la rattrapa par le bras.

H : Je veux t’expliquer.
Ma : Non, Harm c’est bon j’ai compris tu as ta famille et tes amis, maintenant.
H : Tu fais partie de la famille.
Ma avait du mal à retenir ses pleurs : Je ne crois pas.
H entraînant Mattie vers la cuisine: Viens et écoute moi bien.
Ma : Que veux tu dire ?
H voyant que Mattie était attentive : Je vais t’expliquer pourquoi nous les avons choisis. Bud et Harriet sont des amis de longue date et AJ Jr est notre filleul à Mac et à moi, l’amiral nous a toujours soutenu bien qu’on ait faits des erreurs et Chloé c’est pour la remercier de m’avoir ouvert les yeux pour Mac. Mais ce n’est pas pour ça que nous ne t’aimons pas.
Ma : Merci Harm de m’avoir expliqué.

Mac et Chloé rentèrent dans la cuisine.

M : Mattie, ce n’est parce que tu n’es pas la marraine d’un des garçons que tu ne pourras pas prendre soin d’eux.
Ma : Oui et de les couvrir de cadeaux.
H : Pas trop non plus.
C : Est-ce qu’on peut dire qu’on est une famille ?
H : Oui. Chloé nous formons une famille.

Il attira les deux adolescentes à lui et les embrassa sur le front, il les prit dans ses bras, Mac les rejoignit.

Quelques minutes après, ils retournèrent dans le salon où ils finirent la soirée.

Quelques heures plus tard.

Mac et Harm allèrent se coucher en ayant auparavant fait un petit tour dans la chambre de leurs fils où ceux-ci dormaient profondément.

M : Je t’aime.
H : Moi aussi je t’aime ma chérie.

Ils s’endormirent dans les bras l’un de l’autre, un sourire au coin des lèvres.

Fin
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le dernier espoir ( terminée)   

Revenir en haut Aller en bas
 
le dernier espoir ( terminée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LE DERNIER ESPOIR (Tome 1) LES DANGERS DE L'OMBRE de Cindy Mezni
» Livre historique sur la bataille des Ardennes
» Un dernier espoir ...
» Mon dernier espoir [OS/Smac/Spoiler]
» Le dernier inédit de Fantômette : à la main verte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CSAF :: Les fanfictions :: JAG-
Sauter vers: